imprimer l'article
 Retour à l'article normal





Les Misérables, Starmania, Notre Dame de Paris

Les Misérables

Les Misérables (JPEG) Les Misérables reste aujourd’hui l’une des comédies musicales les plus jouées dans le monde. L’adaptation du célèbre roman de Victor Hugo a rendu riches ses créateurs Alain Boublil (musique) et Claude-Michel Schönberg (paroles).

L’histoire commence en 1815 : Jean Valjean avait été mis au bagne pour avoir volé du pain ; mais il en sort après 19 années tout en restant sans arrêt épié par l’ineffable policier Javert. Il refait sa vie et devient un industriel reconnu, un notable aimé pour sa bonté. L’une de ses ouvrières, Fantine, se retrouve à la rue sans qu’il le sache. Elle meurt et Valjean décide alors de recueillir sa fille Cosette, exploitée par les méchants Thénardier. Paris est à l’aube d’une révolution en 1932 : les miséreux commencent à monter des barricades. Marius, amoureux de Cosette, se bat au coté du petit Gavroche.

Reprenant un grand roman classique, Boublil et Schönberg ont écrit en 1980 un double-album composé de 32 chansons interprétés par des artistes tels que Michel Sardou, Adamo, Michel Delpech ou encore Rose Laurens. La France fredonne « La faute à Voltaire » ou « Donnez, donnez ». Le succès populaire est instantané.

Le spectacle suit et démarre le 17 septembre 1980 au Palais des Sports (Paris) pour 107 représentations. 500 000 spectateurs applaudissent alors la mise en scène de Robert Hossein.

Une version anglaise est préparée : le spectacle démarre à Londres le 30 septembre 1985 (et continue aujourd’hui), à New York à Broadway le 12 mars 1987 (pour 6680 représentations). Le texte est adapté par Herbert Kretmer : le triomphe des « Miz » devient international. Le disque est retravaillé lors de sa sortie en version anglaise. En 1991, le spectacle est à nouveau monté en France à partir de la nouvelle version présentée à Londres. Le succès est à nouveau au rendez-vous.

Joués dans les écoles et dans tous les pays du monde, le spectacle des Misérables fait désormais partie des grands classiques de la comédie musicale.

Visiter le site officiel des Misérables

Starmania

Starmania (JPEG) Starmania La rencontre du Français Michel Berger (musique) et du Québécois Luc Plamondon (paroles) est à l’origine du deuxième plus grand succès de l’histoire de la comédie musicale francophone. Ce projet franco-québécois prend forme en 1978 avec un disque interprété par Daniel Balavoine « Quand on arrive en ville », Diane Dufresnes, France Gall « Besoin d’amour », Fabienne Thibault « Les uns contre les autres »/« Le monde est stone », Nanette Workman, René Joly, Claude Dubois « Le Blues du businessman », sans oublier « La chanson de Ziggy ».

Cet opéra-rock culte raconte l’histoire de Monopolis, une capitale moderne terrorisée par la bande des Etoiles Noires menée par Johnny Rockfort, agissant pour le compte d’une étudiante dénommée Sadia. Le milliardaire Zéro Janvier se lance dans la politique pour le siège de président : il prône l’ordre et la création d’un nouveau monde atomique. Il est amoureux du sex-symbol Stella Spotlight. Johnny Rockfort, lui, a le coup de foudre à l’Underground Café pour Cristal la présentatrice de l’émission de télévision « Starmania ». Deux forces s’affrontent, deux dangers menacent alors la ville et le monde : le totalitarisme et le terrorisme.

La première représentation a lieu en 1979 au Palais des Congrès de Paris avec une mise en scène de Tom O’Horgan. Le spectacle continue au Québec en 1980-81 ; puis à nouveau en 1986-87.

Une nouvelle version est donnée en 1988-89 au Théâtre de Paris puis au Théâtre Marigny avec Maurane, Renaud Hantson, etc. Le spectacle part ensuite à Moscou et Saint-Petersbourg en 1990. Une version allemande apparaît en 1991, mise en scène par Jürgen Schwalbe.

La version anglaise baptisée « Tycoon » et adaptée par Tim Rice sort mondialement en 1992 : elle regroupe sur un album les artistes Kim Carnes, Peter Kingsbery, Céline Dion, Tom Jones, Nina Hagen, Matt et Luke Goss, Willy Deville, Kevin Robinson, Ronnie Spector, Cindy Lauper dont la chanson « The world is stone » se classe en tête des ventes aux Etats-Unis. Lewis Furey propose alors une nouvelle mise en scène qui démarre au Théâtre Modagor en 1993 puis à Londres en 1994.

Cet incroyable succès avait poussé Michel Berger et Luc Plamondon vers une nouvelle collaboration dès 1986 : ainsi naît « La légende de Jimmy » retraçant la vie de James Dean. Une collaboration interrompue par la mort de Michel Berger le 2 août 1992.

Visiter le site de Starmania

Notre-Dame de Paris

Notre-Dame de Paris (JPEG) Notre-Dame de Paris est le résultat du travail entre Luc Plamandon (paroles) et Richard Cocciante (musique). L’album qui sort est un gros succès : trois titres en sont extraits « Le temps des cathédrales », « Vivre » et surtout « Belle » qui est classée numéro 1 en France pendant tout l’été 1998. 3 millions de disques sont vendus.

S’inspirant aussi d’un roman de Victor Hugo, l’histoire évoque l’intrigue amoureuse qui se noue autour de la belle Esméralda. Quasimodo aime la bohémienne ; mais cette dernière aime Phoebus, le fiancé de Fleur-de-Lys. Frollo, le prêtre de la cathédrale Notre-Dame, éprouve lui-même de violents désirs charnels pour Esméralda : jaloux, il poignarde Phoebus. Mais c’est la jolie bohémienne qui est accusée : Quasimodo la délivre et l’emmène dans l’une des tours de la cathédrale. Il tue Frollo alors qu’Esméralda est finalement pendue. Quasimodo récupère son corps et se laisse mourir auprès d’elle.

Le spectacle démarre en septembre 1998 au Palais des Congrès de Paris avec une équipe franco-québécoise : Garou (Quasimodo), Hélène Ségara (Esméralda), Daniel Lavoie (Frollo), Patrick Fiori (Phoebus), Bruno Pelletier (Gringoire), Luck Mervil (Clopin) et Julie Zenatti (Fleur-de-Lys). La mise en scène est assurée par Gille Maheu.

La comédie s’inspire aussi de l’histoire de l’occupation de l’église Saint-Bernard par des sans-papiers qui fit la une des journaux français. Le spectacle est repris à Montréal, Québec, Ottawa, Toronto, Las Vegas, etc.

Visiter le site de Notre-Dame de Paris

11 octobre 2005

Olivier Marteau

2001-2017 Francomix - Tous droits réservés Toute reproduction est strictement interdite