imprimer l'article
 Retour à l'article normal





Les Cowboys Fringants - La grand messe

(Warner - 2005)
Intro
Les étoiles filantes
Ti-cul
8 secondes
Plus rien
Hannah
Symphonie pour caza
La reine
En attendant (le réel de nos gens)
Lettre à Lévesque
Ces temps-ci
Ma belle Sophie
Shish taouk
Camping Ste-Germaine
Si la vie vous intéresse
Epilogue si tu penses un peu comme ça

Karl Tremblay (chant), Jérôme Dupras (basse), Dominique Lebeau (percussions), Marie-Annick Lépine (violon, guitare) et Jean-François Pauzé (harmonica, guitare) forment Les Cowboys Fringants l’un des meilleurs groupes francophones de ces dernières années.

Originaires de Rétigny au Québec, Les Cowboys Fringants se sont imposés sur la scène rock militante. Dans ce cinquième album, les textes, toujours engagés, parlent de l’environnement, de la société de consommation et des tares du système. Il y a ici 16 titres dont le sublime « Les étoiles filantes » rendant hommage à la jeunesse. La musique des Cowboys Fringants, du folk-rock entraînant et rythmé, s’épanouit totalement dans leurs concerts festifs. A voir et écouter rapidement !

Les étoiles filantes (Paroles et musique : J-F Pauzé )
 
Si je m’arrête un instant
Pour te parler de ma vie
Juste comme ça tranquillement
Dans un bar rue St-Denis
J’te raconterai les souv’nirs
Bien gravés dans ma mémoire
De cette époque où vieillir
Était encore bien illusoire
Quand j’agaçais des p’tites filles
Pas loin des balançoires
Et que mon sac de billes
Devenait un vrai trésor
Ces hivers enneigés
A construire des igloos
Et rentrer les pieds g’lés
Juste à temps pour Passe-Partout
Mais au bout du ch’min dis-moi c’qui va rester
De la p’tit’école et d’la cour de récré ?
Quand les avions en papier ne partent plus au vent
On se dit que l’bon temps passe final’ment
Comme une étoile filante
 
Si je m’arrête un instant
Pour te parler de la vie
Je constate que bien souvent
On choisit pas mais on subit
Et que les rêves des ti-culs
S’évanouissent ou se refoulent
Dans cette réalité crue
Qui nous embarque dans le moule
La trentaine, la bedaine
Les morveux, l’hypothèque
Les bonheurs et les peines
Les bons coups et les échecs
Travailler, faire d’son mieux
N’arracher, s’en sortir ("n’arracher" c’est une contraction de "en arracher", avoir de la difficulté)
Et espérer être heureux
Un peu avant de mourir
Mais au bout du ch’min dis-moi c’qui va rester
De not’ p’tit passage dans ce monde effréné
Après avoir existé pour gagner du temps
On s’dira que l’on était final’ment
Des étoiles filantes
 
Si je m’arrête un instant
Pour te parler de la vie
Juste comme ça, tranquillement
Pas loin du Carré Saint Louis
C’est qu’avec toi je suis bien
Et qu’j’ai pu l’goût d’m’en faire
Parce que tsé voir trop loin
C’pas mieux qu’d’regarder en arrière
Malgré les vieilles amertumes
Et les amours qui passent
Les chums qu’on perd dans brume
Et les idéaux qui se cassent
La vie s’accroche et renaît
Comme les printemps reviennent
Dans une bouffée d’air frais
Qui apaise les coeurs en peine
Ça fait que si à soir t’as envie de rester
Avec moi la nuit est douce on peut marcher
Et même si on sait ben que tout dure rien qu’un temps
J’aimerais çà que tu sois pour un moment
Mon étoile filante
 
Mais au bout du ch’min dis-moi c’qui va rester
 
Mais au bout du ch’min dis-moi c’qui va rester
 
Que des étoiles filantes

14 mai 2006

Olivier Marteau

2001-2017 Francomix - Tous droits réservés Toute reproduction est strictement interdite