imprimer l'article
 Retour à l'article normal





Edith Piaf - La vie en rose

(Capitol Records, 2003)
Volume 1 :
L’accordéoniste
Inédit : Je ne veux plus laver la vaisselle
Mon légionnaire
Inédit : Ses mains
Le fanion de la légion
Elle fréquentait la rue Pigalle
Les 3 cloches
J’men fous pas mal
La vie en rose
Un refrain courait dans la rue
Les amants de Paris
Bal dans ma rue
Hymne à l’amour
Autumn leaves
Plus bleu que tes yeux
Je hais les dimanches
Padam... Padam
Jézébel
A l’enseigne de la fille sans coeur
Bravo pour le clown
Heureuse

Volume 2 :
Padam... Padam (nouvelle version)
Johnny tu n’es pas un ange
La goualante du pauvre Jean
Sous le ciel de Paris
C’est à Hambourg
L’homme à la moto
Les amants d’un jour
Comme moi
La foule
Mon manège à moi
Un étranger (première version)
Milord
Exodus
Mon Dieu
Les amants
Inédit : Rue de Siam
Fallait-il ?
Inédit : Jean l’Espagnol
A quoi ça sert l’amour (duo)
Tiens v’la un marin
L’homme de Berlin
Non je ne regrette rien

Edith Piaf, de son vrai nom Edith Giovanna Gassion, née le 19 décembre 1915 à Belleville (Paris), est la fille d’Anita, une chanteuse italo-kabyle plus connue sous le pseudonyme de Line Marsa ; et de Louis, un artiste de cirque.

Après quelques années heureuses à Bernay en Normandie chez sa grand-mère paternelle, Edith Piaf suit son père qui la pousse à la chansonnette. A l’âge de 15 ans, elle le quitte pour aller chanter dans les rues parisiennes de Belleville et Pigalle.

En 1933, Edith Piaf accouche de la petite Marcelle qui meurt deux ans plus tard. Elle rencontre Louis Leplée en 1935 qui la nomme « La Môme Piaf » et la propulse dans un cabaret des Champs-Élysées nommé Le Gerny’s.

En 1936 sort son premier album « Les mômes de la cloche ». Edith Piaf tourne des films et écrit sa chanson la plus célèbre « La vie en rose » (1947) pour son amant, le boxeur Marcel Cerdan, qui meurt dans un accident le 27 octobre 1949.

Bien qu’elle s’enfonce dans la drogue et la dépression, elle devient une star internationale : après un premier voyage aux Etats-Unis où elle chante dans un cabaret de Manhattan nommé Le Select, elle revient et triomphe en 1956 au Carnegie Hall de New York. Edith Piaf propulse de nombreux jeunes talents qui se nomment Yves Montand, Les Compagnons de la Chanson, Eddie Constantine, Georges Moustaki ou encore Gilles Bécaud.

Ses chansons deviennent des classiques : « Hymne à l’amour » (1950), « Padam, padam » (1951), « Sous le ciel de Paris » (1954), « L’homme à la moto » (1956), « La foule » (1957), « Mon manège à moi » (1958), « Milord » (1959), « Non, je ne regrette rien » (1960). Elles sont interprétées par Louis Amstrong, Joséphine Baker, Marlene Dietrich, Liza Minelli ou encore Serge Gainsbourg.

Edith Piaf meurt le 11 octobre 1963 - le même jour que son ami Jean Cocteau - et est enterrée dans le cimetière parisien du Père Lachaise.

La Vie en rose (Paroles : Edith Piaf, musique : Louigy)
 
Des yeux qui font baisser les miens
Un rire qui se perd sur sa bouche
Voilà le portrait sans retouche
De l’homme auquel j’appartiens
 
Quand il me prend dans ses bras,
Il me parle tout bas
Je vois la vie en rose
Il me dit des mots d’amour
Des mots de tous les jours,
Et ça me fait quelque chose
Il est entré dans mon cœur,
Une part de bonheur
Dont je connais la cause,
C’est lui pour moi,
Moi pour lui dans la vie
Il me l’a dit, l’a juré
Pour la vie.
Et dès que je l’aperçois
Alors je sens en moi
Mon cœur qui bat.
 
Des nuits d’amour à plus finir
Un grand bonheur qui prend sa place
Des ennuis, des chagrins s’effacent
Heureux, heureux à en mourir

8 novembre 2006

Olivier Marteau

2001-2017 Francomix - Tous droits réservés Toute reproduction est strictement interdite