imprimer l'article
 Retour à l'article normal





Festival acadien de Caraquet : présentation, entretiens vidéo

En 2009, Francomix s’est rendu à Caraquet, Nouveau Brunswick (à l’est du Canada), pour le festival acadien. Avec comme objectif de réaliser des entrevues vidéo d’artistes programmés, vous faire découvrir ce festival incontournable et aller à la rencontre de la culture acadienne. Ce festival est incontournable car tous les artistes de la scène acadienne s’y bousculent, les « anciens » comme Edith Butler ou ceux de la relève comme Lisa LeBlanc. C’est dire à quel point il est couru. Cette édition était particulière car elle s’inscrivait dans le cadre du 4e Congrès mondial acadien. D’ailleurs toutes les régions acadiennes du Nouveau Brunswick étaient en fête et chaque maison arborait un drapeau acadien. L’Acadie englobe certaines parties du Nouveau Brunswick, de la Nouvelle Ecosse, de l’Ile du Prince Edouard et Terre Neuve.

L’accueil fut particulièrement chaleureux de la part de l’équipe du festival et tout particulièrement de Carol Doucet, responsable des communications et des relations médias. Madeleine Blanchard et elle nous avaient organisé les rendez-vous avec les artistes, préparé un planning de spectacles à voir, et même trouvé un toit pour notre séjour.

Durant ces 3 jours, nous avons pu faire des entretiens vidéo avec Daniel Thériault, Directeur général et directeur de la programmation du festival acadien de Caraquet et les artistes Edith Butler, Sandra Le Couteur, Carolyne Jomphe, Monique Poirier d’Ode à l’Acadie, Lisa LeBlanc et Cédric Vieno.

A chaque fois nous avons été très surpris par la disponibilité, l’implication et l’ouverture de chacun. La simplicité en somme.

Le soir du 1er jour nous avons assisté au spectacle musical multimédia Le violon fantastique, adapté d’une légende acadienne. Mêlant comédie musicale, art vidéo et pyrotechnie, ce spectacle était magique et constituait une superbe entrée en matière.

Le Violon fantastique (JPEG)

Entretien vidéo avec Daniel Thériault, directeur général et directeur de la programmation du festival acadien de Caraquet

Daniel Thériault présente le festival acadien de Caraquet, ses objectifs, parle de son rôle de découvreurs de talents, de ses nombreuses activités et différents concours.

Entretien vidéo avec Edith Butler

Originaire de Paquetville, au nord-est du Nouveau Brunswick, Edith Butler est l’ambassadrice de la musique traditionnelle et folklorique acadienne depuis 1962 et 26 albums. Elle a réussi à faire connaître et aimer la musique acadienne aux américains et européens. Ses chansons parlent de l’Acadie, son histoire, ses traditions. Ses grands succès sont : « Paquetville », « Grain de mil », « Laissez-moi dérouler le soleil », « Je vous aime, ma vie recommence », « C’est beau l’amour », « C’est une chanson d’amour », « Voguer sur des étoiles de mer », « J’étions fille du vent et d’Acadie », « Escarmouche à Restigouche », « Hymne à l’espoir » et « Un million de fois je t’aime ».

Il était convenu de rencontrer Edith Butler à la boulangerie Grain de Folie le matin de notre 2e jour. C’était le lieu de ralliement pour tout le monde et du coup nous n’étions pas seuls ! Edith Butler était accompagnée de Lise Aubut qui s’occupe de sa carrière.

Dans cet entretien vidéo, Edith Butler parle de sa présence au 1er festival acadien de Caraquet, de musique et de culture acadienne, de la langue française, de son nom à consonance anglaise, de son album « Madame Butlerfly ».

Le 10 août, nous avons pu assister au spectacle qu’Edith Butler a donné au Carrefour de la mer.

Entretien vidéo avec Sandra Le Couteur

Originaire de l’ile de Miscou, Sandra Le Couteur est interprète, actrice, auteur de poésie. Concernant la musique, son répertoire est composé de chansons d’auteur avec des histoires qui se jouent qu’elle peut faire siennes. En fait elle attache beaucoup d’importance au travail d’interprétation.

Sandra Le Couteur s’est produite partout en Acadie, au Québec, en Colombie Britannique, au Vietnam et a effectué plusieurs tournées en France.

Son premier album « La demoiselle du traversier », signés d’auteurs de l’Acadie, du Québec et de la France, est sorti en 2005.

Nous avions rendez-vous avec Sandra Le Couteur au phare de Miscou, à 60 km de Caraquet. Elle y jouait son spectacle « Voir Miscou et mourir ». Ce spectacle était enchanteur à tous points de vue : le phare minuscule, au bout de l’île, donnait une ambiance un peu irréelle très bien exploitée par Sandra. Après son concert, Sandra Le Couteur nous a proposé de prendre de la hauteur et de faire l’entretien au 2e étage du phare.

Le phare de Miscou (JPEG)

Sandra Le Couteur parle, dans cette entrevue vidéo, de ses différentes passions, de son travail d’interprétation, de l’Acadie, de Miscou, de la musique et de la culture acadienne, de son spectacle « Voir Miscou et mourir », de la langue française.

Entretien vidéo avec Monique Poirier d’Ode à l’Acadie

Rendez-vous été pris à la salle de l’Eglise de Grande-Anse. Nous avons assisté au spectacle Ode à l’Acadie puis Monique Poirier, une des artistes du spectacle, nous a accordé un entretien.

Ode à l’Acadie est un spectacle musical destiné à célébrer la culture acadienne et le peuple acadien. Sept chanteurs multi instrumentistes interprètent, dans un registre moderne, certaines des chansons majeures de l’histoire de la musique acadienne, telles « Grand Pré », « Petitcodiac », « Au bord du lac Bijou », « Marie Caissie », « Les Aboiteaux », « Un million de fois je t’aime », « Evangéline ». A travers ces morceaux, c’est l’histoire de l’Acadie qui est revisitée. Le tout mis en valeur par des jeux de lumière et des projections de vidéos évocatrices de cette histoire.

Créé en 2004, dans le cadre du 400e anniversaire de l’Acadie, 25 représentations d’Ode à l’Acadie étaient initialement prévues durant le festival acadien de Caraquet. Devant l’immense succès, Ode à l’Acadie a été présenté plus de 470 fois au Nouveau Brunswick, en Amérique du Nord, en France, en Belgique, en Suisse et au Burkina Faso, pendant 5 ans.

Pour nous ce fut l’occasion de découvrir l’histoire et la culture acadienne car ce spectacle remonte aux origines et à l’arrivée des premiers francophones, évoque le conflit avec les Anglais qui a mené au « Grand Dérangement » - déportation massive encore traumatisante aujourd’hui - et rend hommage à la culture acadienne. Ce spectacle a été à la fois bouleversant, gai et entraînant.

Dans cette entrevue vidéo, Monique Poirier revient sur la genèse d’Ode à l’Acadie, l’effet que ce spectacle a eu sur sa vie et sa carrière et nous parle de culture et d’histoire acadienne.

Nous avions rendez-vous le dernier jour avec Lisa LeBlanc, Caroline Jomphe et Cédric Vieno au Centre Culturel de Caraquet qui proposait diverses expositions sur la culture acadienne. Le planning était ficelé au cordeau puisque chaque entretien s’enchaînait.

Le Centre culturel de Caraquet (JPEG)

Entretien vidéo avec Lisa LeBlanc

Jeune auteure-compositrice-interprète émergente, née en 1991, Lisa LeBlanc est originaire de Rosaireville, un petit village de 40 habitants au sud-est du Nouveau Brunswick. Là-bas il n’y a pas grand chose à faire si ce n’est faire de la musique, nous a-t-elle dit. Depuis, elle chante, joue de la guitare et sa musique a des airs de « Folk fort ».

Lisa LeBlanc a gagné le Gala de la chanson de Caraquet en 2007 dans la catégorie auteur-compositeur-interprète, a été finaliste d’Accros de la chanson en 2008. Cela lui a permis de se faire connaître et de sortir un mini album de trois titres en 2009. Un album est prévu pour le printemps 2011.

Au festival acadien de Caraquet 2009, elle a joué en 1ère partie d’Edith Butler au Carrefour de la mer devant 5000 personnes. Elle a su conquérir le public qui était surtout venu voir Edith Butler.

Dans cet entretien vidéo, Lisa LeBlanc parle de l’importance du festival acadien de Caraquet pour une jeune chanteuse comme elle, de son histoire, sa musique, ses spectacles, ses musiciens et du prof qui lui a appris la guitare.

Entretien vidéo avec Carolyne Jomphe

Carolyne Jomphe est une auteure-compositrice-interprète née au Havre Saint-Pierre sur la côte nord du Québec, aux abords du Golfe du Saint Laurent. Les habitants y sont surnommés les cayens et les cayennes, la ville ayant été fondée par des acadiens des Iles-de-la-Madeleine. Ainsi le terme, modelé par d’autres langues, désigne les acadiens habitants hors de l’Acadie.

Dans ses morceaux, Carolyne Jomphe chante, sur des airs de « pop folk acadien », ses origines, son attachement à sa région, à la culture acadienne et francophone. Plus récemment, ses textes parlent également de la vie, de l’amour et de la nature.

Depuis 2001, Carolyne Jomphe a sorti 5 albums, a beaucoup tourné au Nouveau Brunswick, au Québec, en Ontario, aux Etats-Unis et surtout en France où elle a fait plus de 30 tournées et où l’accueil du public a été le plus fort.

Dans cette entrevue vidéo, Carolyne Jomphe parle de son attachement au festival acadien de Caraquet, de la fierté acadienne, de Francophonie, de la langue française, évoque ses origines cayennes. Elle parle aussi de son implication dans l’animation scolaire à propos de Francophonie, de sa carrière en France, de sa musique et de la façon dont les gens la perçoivent.

Entretien vidéo avec Cédric Vieno

Cédric Vieno est un jeune auteur-compositeur-interprète acadien de la relève, originaire du village francophone Robertville au Nouveau Brunswick, au bord de la Baie des Chaleurs.

Après avoir joué dans le groupe engagé La Chose publique, Cédric Vieno décide de voler de ses propres ailes en 2007. Il décrit sa musique de « folk poilu propre ».

La même année, Cédric Vieno est finaliste du Gala de la chanson de Caraquet dans la catégorie auteur-compositeur-interprète. En 2008, il intègre à l’École Nationale de la chanson de Granby (Québec) pour une année. En 2010, il participe à la résidence de création du festival en chanson de Petite vallée et gagne le Gala de la chanson de Caraquet dans la catégorie auteur-compositeur (concours de la chanson primée).

Dans cet entretien vidéo, Cédric Vieno revient sur ses débuts, parle de sa musique, de l’importance des mots, de ses spectacles, de la scène acadienne, de voyages, de sa volonté, en tant qu’artiste, de s’impliquer auprès des jeunes.

Présentation du festival acadien de Caraquet

Le festival acadien de Caraquet existe depuis 1962 (JPEG)

Créé en 1962, le festival acadien de Caraquet a pour mandat de promouvoir la culture et la musique acadienne de manière festive et de développer l’identité acadienne. Bien quelle soit axée principalement sur la chanson (de par l’importance de la défense de la langue), sa programmation fait aussi place au théâtre, à la musique classique, à la poésie et aux arts visuels.

Caraquet, capitale de l'Acadie (JPEG)

Chaque année, du 1er au 15 août, plus de 100 000 personnes se retrouvent dans la petite ville francophone de Caraquet qui compte habituellement 5000 habitants. Située au nord-est du Nouveau Brunswick, dans la péninsule acadienne, Caraquet est considérée comme la capitale de l’Acadie.

Le festival acadien de Caraquet, évènement culturel majeur de l’Acadie et des provinces atlantiques, propose de nombreuses activités : spectacle pour enfants, ateliers de création, Gala de la chanson, Belles soirées, Soirées cabaret, Méchants partys, Chapeaux à nos artistes, spectacles gratuits extérieurs, feu d’artifice, élection d’Evangéline et Gabriel, bénédiction de bateaux décorés aux couleurs de l’Acadie...

La bénédiction des bateaux (JPEG)

Les artistes programmés sont essentiellement originaire de l’Acadie, mais également de plus en plus du Canada francophone et de la Francophonie internationale.

Une maison de Caraquet décorée aux couleurs acadiennes pendant le festival (JPEG)

La tradition du Tintamarre du festival acadien de Caraquet

Le Tintamarre, point culminant du festival acadien de Caraquet, a lieu le 15 août, jour de la Fête nationale de l’Acadie. En fin d’après midi, 20 000 à 25 000 festivaliers descendent le boulevard Saint-Pierre Ouest (du Vieux couvent à la rue Cormier), costumés aux couleurs de l’Acadie et munis de patentes à bruit. L’objectif : exprimer la fierté acadienne dans un déchainement de bruit.

Le Tintamarre du festival acadien de Caraquet (JPEG)

La tradition du Tintamarre est relativement récente puisqu’elle est apparue en 1979 au festival acadien de Caraquet dans le cadre du 375e anniversaire de l’Acadie.

En 2009, durant le Congrès mondial acadien, 40 000 personnes ont participé au Tintamarre.

Reportage de l’ONF sur le Tintamarre 2009 à Caraquet

Il existe des Tintamarre de moindre ampleur dans toutes les villes acadiennes.

Le Gala de la chanson de Caraquet

Le Gala de la chanson de Caraquet est un concours de chanson française qui s’adresse aux jeunes auteurs, compositeurs, interprètes acadiens émergents. Depuis 1969, il leur a permis de développer et promouvoir leur talent et leur carrière, de monter sur scène et de vivre une expérience enrichissante tant sur le plan professionnel que personnel. Le Gala de la chanson de Caraquet est aussi une véritable école de la chanson offrant aux finalistes des ateliers de formation.

 :: Revenir sur les lauréats du Gala de la chanson de Caraquet des années précédentes

Crédit photos : Festival acadien de Caraquet, Philippe Bessière / Tous droits réservés - Reproduction interdite

2 août 2010

Philippe Bessière

2001-2017 Francomix - Tous droits réservés Toute reproduction est strictement interdite